En image : Entrevue avec le roi d’Espagne à l’Assemblée nationale

Mardi 22 juillet, François Cornut-Gentille, président du groupe d’amitiés parlementaires France-Espagne, a rencontré Philippe VI d’Espagne en visite officielle en France.

Oui à une grande région Champagne-Ardenne, Alsace, Lorraine.

Depuis le 2 juin, date de présentation du projet de refonte des limites géographiques des régions françaises, François Cornut-Gentille et de nombreux parlementaires de la région (Jean-Luc Warsmann, Bérengère Poletti, Nicolas Dhuicq, François Baroin, …) dénonçent le caractère incohérent d’une fusion entre la Champagne- Ardenne et la Picardie. Qu’y a-t-il de commun entre les 4 départements de Champagne-Ardenne et les départements de l’Oise ou de la Somme ?

9 des 13 députés de notre région ont déposé un amendement visant à unir la Champagne-Ardenne à l’Alsace et à la Lorraine. Les signataires de cet amendement sont : Charles De Courson, Philippe Martin, François Cornut-Gentille, Luc Chatel, Jean-Claude Mathis, Nicolas Dhuicq, François Baroin, Bérengère Poletti, Jean-Luc Warsmann.

Cet amendement s’appuie sur la conviction que la création d’une telle région représente un espoir pour le rebond économique de la Champagne-Ardenne. Elle permettra de développer des outils de soutien à nos entreprises afin d’exploiter beaucoup mieux l’atout qu’est notre proximité avec l’Allemagne, la Belgique, les Pays Bas et le Luxembourg.

La nouvelle carte issue des débats reprend cette proposition. Aussi, lors du scrutin solennel de ce mardi, François Cornut-Gentille et plusieurs des cosignataires choisissent de voter pour le projet de loi, en dépit des nombreuses et fortes réserves qu’appelle la mauvaise méthode d’élaboration de cette réforme.

Thématique(s) : Haute-Marne. Mot(s)-Clef(s) : , , . 2 commentaires »

Petit précis sur l’imprécision

Le porteur polyvalent terrestre (PPT) est un programme renouvelant les véhicules lourds de transport de l’armée de terre. Attribué à Iveco et Lohr, il a donné lieu en 2013 à une première livraison de 72 exemplaires sur une commande désormais fixée à 1 600 exemplaires. Sur le plan financier, en 2013, le programme PPT a donné lieu à une consommation de 46,8 millions d’euros de crédits paiement alors qu’il était inscrit en loi de finances initiales 69,9 millions d’euros, soit un différentiel de 23 millions d’euros équivalent à une surestimation de 33 % !

Cet écart considérable est justifié par le ministère de la défense dans les documents transmis au Parlement par une terminologie aussi large que vague : prise en compte de la fin de gestion 2012 et des ressources disponibles en 2013, l’application du principe de gestion mutualisée des ressources au niveau du programme 146 et un retard industriel sur les prestations de soutien…

Insatisfait par ces explications, François Cornut-Gentille a demandé , par question écrite au ministre de la défense, le montant de chacune des justifications mises en avant et le détail des difficultés industrielles mentionnées. Le journal officiel du 22 juillet vient de publier la réponse qui apporte quelques précisions mais pas toutes. Lire la suite »

François Cornut-Gentille rencontre le nouveau roi d’Espagne, mardi prochain.

Philippe VI d’Espagne fera une visite officielle en France, mardi 22 juillet. Dans ce cadre, il sera reçu à l’Assemblée nationale en début d’après-midi.

A l’Hôtel de Lassay, siège de la présidence de l’Assemblée, il aura un entretien avec le président de l’Assemblée nationale et François Cornut-Gentille, président du groupe d’amitiés parlementaires France-Espagne.

Agé de 46 ans, marié et père de deux enfants, Philippe VI a été proclamé roi d’Espagne le 19 juin dernier à la suite de l’abdication de Juan-Carlos.

Thématique(s) : Europe & Diplomatie. Mot(s)-Clef(s) : . Un commentaire »

Il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre : la DGA en fait la démonstration

La DGA vient une fois encore de le démontrer au sujet du programme DETECBIO. Lancéen 2005, ce programme visait à développer un système de détection et identification d’agents biologiques dans l’environnement.

Depuis plusieurs années, par le biais de ces rapports, François Cornut-Gentille s’interrogeait sur la pertinence de ce programme dont la faisabilité était mise en doute par de nombreux spécialistes de la lutte bactériologique. Les seules réponses qu’il obtenait étaient « circulez, il n’y a rien à voir, vous n’y comprenez rien. » En 2013, le  programme est officiellement abandonné  après avoir dépensé 23,6 millions d’euros.

Persévérant, ou têtu c’est selon, François Cornut-Gentille a interrogé par le biais des questions écrites le Ministre de la défense sur cette décision d’abandon. La réponse, publiée le 8 juillet dernier, impute l’abandon à la contrainte budgétaire. La DGA n’avouera jamais ses erreurs !

Pire, elle fait la sourde oreille. Dans une seconde question, François Cornut-Gentille demande pourquoi les nombreux avertissements émis sur le programme DETECBIO n’ont pas été pris en compte. Pour montrer son mépris, le ministre de la défense ne fait que copier-coller la réponse à la première question.

Inutile de préciser que, dans ces conditions, le contrôle parlementaire ne va pas se satisfaire de ce bras d’honneur.