Catégories

Rechercher

Site menu:

Mots-clefs

Ambonville Andelot Assemblée Nationale Autreville Banques Bologne Briaucourt Budget Champagne Ardenne Chevillon Club de la Boussole Colombey Crise économique Document Doulaincourt Doulevant Débat Développement Etat Froncles Handicap Internet Investissement Joinville justice Juzennecourt Langres Loi Montier en Der Mussey média PME Proposition de loi Question écrite Rapport parlementaire retraite Saint-Dizier Secours Social Suzannecourt sécurité Vecqueville video Vignory Wassy

Merci à toutes et tous pour la confiance que vous m’avez renouvelée à l’occasion de ces élections législatives.

Je salue avec gratitude celles et ceux qui, dans chacune des communes de la circonscription, ont contribué au succès de cette campagne qui fut une des plus difficiles et des plus éprouvantes que j’ai eue à mener. Heureusement, le beau temps m’accompagnait chaque jour dans ce combat.

Les résultats nationaux par leur versatilité et leur imprévisibilité démontrent le désarroi des Français en quête de repères. La longue séquence électorale qui vient de s’achever traduit la profonde crise politique que traverse la France. Elle oblige tous les élus et responsables politiques à agir. Fidèle à mes engagements, j’agirai pour la Haute-Marne et pour la France.

Election présidentielle

Les électeurs sont majeurs. Dans le climat d’excitation actuel, les consignes de vote n’ont que peu de chance d’être suivies et contribuent seulement à ajouter de la confusion à la confusion. Je dirai simplement que tous ceux qui me connaissent et s’intéressent à mon action n’ont aucun doute sur mon vote. J’ajoute qu’il est essentiel d’aller voter et que la colère de nos concitoyens est assurément très compréhensible mais mauvaise conseillère.

François Cornut-Gentille

Honorer jusqu’au bout le mandat confié par les électeurs

En cette fin de législature et à l’heure où toute activité parlementaire semble gelée, les éloges visant François Cornut-Gentille continuent d’alimenter les sites spécialisés de Défense ainsi que les médias généraux.

Ainsi, le journaliste défense Michel Cabirol du quotidien économique « La Tribune » parle d’un « infatigable député » pour souligner sa vigilance permanente sur la disponibilité des matériels des armées.

Laurent Lagneau, du blog Zone militaire Opex 360, constate que « le ministère de la Défense répond plus rapidement aux questions écrites qui lui sont adressées, comme celles du député François Cornut-Gentille, lequel entend honorer jusqu’au bout le mandat que lui ont confié ses électeurs ».

Le plus étonnant dans ces commentaires est finalement que l’on s’étonne qu’un député accomplisse consciencieusement sa mission jusqu’à son terme.

Le steeple-chase parlementaire de François Cornut-Gentille

« C‘est bientôt la fin de la mandature, mais le député François Cornut-Gentille continue son steeple-chase pour traquer les taux et les indicateurs d’activité du ministère de la Défense ». Amusante entame par le journaliste défense Jean-Marc Tanguy sur son blog Le Mamouth.

Manifestement qu’un député produise encore des rapports (comme celui sur le transport stratégique présenté fin mars) et informe sur les réponses à ses questions écrites suscite curiosité et étonnement. Un mandat parlementaire dure 5 ans et non 4 ans et demi. Que les parlementaires cessent de voter les lois ne signifie pas qu’ils doivent abandonner leurs autres missions dont celle du contrôle et de l’évaluation. Fin de mandature ou pas.

Pour François Cornut-Gentille, « représenter les Français c’est d’abord dire ce qui ne va pas, exprimer une inquiétude au nom des Français. En faisant ce travail, il s’agit non pas de contester l’action du gouvernement ou d’attaquer l’administration, mais de poser un diagnostic sur nos politiques publiques en prenant le risque de se placer non du point de vue de l’administration mais du point des Français » (extrait de son article publié dans la revue Le Débat de mars 2017).

Cette mission d’évaluation et de contrôle ne prend jamais de vacances, comme si les difficultés se mettaient entre parenthèses lors des congés.

Disponibilité des VAB de l’armée de terre : 42 % fin 2016.

Fin 2012, l’armée de terre comptait 3591 véhicules de l’avant blindés (VAB) mais affichait une disponibilité inquiétante : 52 %.

Que pensez-vous que le Ministère de la défense fit depuis ? Il décida de lancer un programme de remplacement dénommé VBMR mais opta dans la foulée d’étirer leur livraison, afin de ne pas avoir à grever le budget de la défense. Seul le chef d’état-major de l’armée de terre s’en est déjà ému.

Bilan ? Fin 2016, l’armée de terre compte 2475 VAB soit une baisse du parc d’un tiers en quatre ans. Et la disponibilité a chuté à 42 %. (Réponse à la question écrite posée par François Cornut-Gentille et publiée cette semaine au journal officiel).

Sont donc disponibles 1040 VAB fin 2016, contre 1868 fin 2012 : soit une chute du parc disponible de 45 % sans perspective de remplacement à court terme malgré les besoins avérés notamment en OPEX.