Démission du secrétaire d’Etat aux anciens combattants : un bilan désastreux (vidéo)

En démissionnant ce matin de ses fonctions de secrétaire d’Etat aux anciens combattants, Kader Arif clôt un bilan ministériel désastreux. Outre les affaires judiciaires en cours qui l’ont amené à cette décision, son action ministérielle relève du néant alors qu’il y avait tant à faire pour commémorer le centenaire de la grande guerre. Plus soucieux d’obtenir les titres que d’agir, il a déstabilisé la mission du centenaire, lui faisant perdre du temps, de l’énergie et de l’argent pour au final faire des commémorations au rabais.

Enfin, Kader Arif restera l’homme qui a commis une des plus grandes bévues dans l’hémicycle en se faisant l’écho de fausses informations. Bref, irresponsable.

Thématique(s) : Défense. Mot(s)-Clef(s) : , . Pas de commentaire »

Quand Bernard Cazeneuve dit ses 4 vérités au président des députés écologistes (vidéo)

Ce matin, au cours du débat autour de la nouvelle carte des régions, le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, a dit ses quatre vérités au président du groupe des députés écologistes, François de Rugy. Un propos rare qui a le mérite de la clarté et de l’intelligence.

Prévention de l’absentéisme scolaire : un poème bureaucratique

La prévention de l’absentéisme scolaire est une priorité récurrente des ministres de l’éducation nationale qui se succèdent rue de Grenelle. Le journal officiel publie aujourd’hui un décret dévoilant le nouveau dispositif de prévention. Un poème bureaucratique !

Avec l’abrogation du contrat de responsabilité parentale et des mesures de suspension des allocations familiales, le décret définit une procédure en 4 étapes, pas moins ! Pour déclencher cette procédure, l’enfant doit manquer la classe sans motif légitime, ni excuses valables (notions laissées au libre arbitre des enseignants) « au moins quatre demi-journées dans le mois ». Aucun plafond n’est fixé pour engager automatiquement la procédure.

A ce moment, le chef d’établissement « réunit les membres concernés de l’équipe éducative dans le premier degré ou de la commission éducative dans le second degré, afin de rechercher l’origine du comportement de l’élève et de proposer les mesures qui peuvent être prises pour y remédier ». Une réunion par élève, cela risque de saturer l’emploi du temps de l’équipe éducative ! Ensuite, « un document récapitulant ces mesures est signé avec les personnes responsables de l’élève afin de formaliser cet engagement. » Encore faut-il que ces personnes dites responsables soient disponibles et viennent au rendez-vous. Dans le même temps, elles reçoivent un avertissement du directeur académique des services de l’éducation nationale. Fin de la première phase.

« En cas de persistance du défaut d’assiduité », dont on ne sait si ce sont de nouveau 4 absences de l’élève, une nouvelle réunion des « membres concernés de la communauté éducative pour élaborer avec les personnes responsables de l’enfant un dispositif d’aide et d’accompagnement adapté et contractualisé avec elles. » En d’autres termes, on répète la première phase qui a échoué. Lire la suite »

Thématique(s) : Education. Pas de commentaire »

Budget de la défense : le silence de Bercy sur les sociétés de projet en dit long (vidéo).

Vendredi dernier, au cours des discussions ultimes en première lecture du projet de loi de finances pour 2015, le gouvernement, par la voix de Christian Eckert, secrétaire d’Etat au budget, a supprimé 100 millions d’euros aux crédits d’équipement de la défense au titre de la participation du ministère de la défense au respect de l’objectif de dépenses de l’Etat.

Toutefois, ces 100 millions d’euros sont compensés par une augmentation d’autant des recettes attendues de la vente des fréquences hertziennes, les désormais célèbres « ressources exceptionnelles ».

Le secrétaire d’Etat au budget a cependant admis que « si le produit supplémentaire de 100 millions d’euros attendu des cessions de fréquences ne devait pas être atteint, le ministère de la défense bénéficierait à hauteur des recettes manquantes d’un financement complémentaire assuré par redéploiement au sein des programmes Investissements d’avenir ».

Nulle trace dans le discours du secrétaire d’Etat, ni dans l’exposé des motifs de l’amendement des sociétés de projet pourtant défendues par le Ministre de la défense. Comment interpréter ce silence de la maison de Bercy ? Le contrôle parlementaire engagé par François Cornut-Gentille permettra rapidement d’y voir plus clair…

Thématique(s) : Budget. Mot(s)-Clef(s) : , , . 2 commentaires »

Deux arrêtés du ministère du budget = 57,5 millions d’euros de mouvements financiers

Par deux arrêtés signés discrètement les 10 et 13 novembre, le gouvernement vient d’annuler 8,4 millions d’euros de crédits de paiement en défaveur du programme 144 « environnement et prospective de la politique de défense » et 22,8 millions d’euros au programme 212 « soutien de la politique de défense ».

Par les mêmes textes, le programme 178 « préparation et emploi des forces » obtient une rallonge de 23 millions d’euros et le programme 146 « équipement des forces » de 3,3 millions d’euros.

Soit des mouvements financiers s’élevant à un total de 57,5 millions d’euros

Ces deux textes réglementaires ne sont pas isolés. L’automne est une saison dense d’ouvertures et annulation de crédits, de transferts et virements de crédits, d’attribution de produits et d’ouverture de fonds de concours… Autant de mesures à la discrétion du gouvernement qui échappent en grande partie au Parlement (les rapports accompagnant ces mesures étant des plus laconiques) ; autant de mesures qui mettent à mal le respect des lois de finances initiales. Lire la suite »

Thématique(s) : Budget. Mot(s)-Clef(s) : , . Pas de commentaire »