François Cornut-Gentille, invité d’Arnaud Danjean, jeudi 2 juillet

Jeudi soir, François Cornut-Gentille sera l’invité d’Arnaud Danjean (photo), député européen, spécialiste des questions de défense, pour rencontrer des lecteurs et futurs lecteurs de GOUVERNEZ !

La rencontre aura lieu à 19 h à la salle des fêtes de Villegaudin, petit village situé au cœur de la Bresse en Saône-et-Loire.

Avant d’être élu député européen en 2009, Arnaud Danjean était notamment un spécialiste de l’Ex-Yougoslavie au sein de la DGSE. Il a accompli de nombreuses missions diplomatiques dans la gestion des crises qui ont secoué la région dans les années 90.

Avec ses fonctions électives européennes, il est un des rares spécialistes de l’Europe de la Défense.

Thématique(s) : " Gouvernez !" le livre. Mot(s)-Clef(s) : . Pas de commentaire »

Développement durable : le village de Cerisières innove

Jeudi 25 juin fera date dans la vie communale de Cerisières. En effet, un projet innovant, le premier en Haute-Marne, a vu le jour : l’inauguration de la première maison à énergie positive communale.

Le projet prend en compte les contraintes énergétiques d’aujourd’hui en intégrant les paramètres bioclimatiques et les consommations d’un foyer classique. Le nouveau logement communal est équipé entre autres de panneaux solaires, d’un poële à granulé, et d’une prise de courant pour une voiture électrique.

Ce projet ambitieux a été présenté par le maire Philippe Leseur aux différentes autorités invitées. Nicolas Lacroix, conseiller départemental, Jean-Yves Roy, président du Pays de Chaumont et François Cornut-Gentille ont souligné la qualité du projet et l’intérêt pour notre ruralité.

Thématique(s) : Haute-Marne. Mot(s)-Clef(s) : , . Pas de commentaire »

Le pôle multifonctionnel de Dommartin-le-Saint-Père est lancé

La Communauté de communes du Bassin de Joinville inaugurait vendredi 19 juin le Pôle multifonctionnel à Dommartin-le-Saint-Père. Cette salle monumentale en milieu rural, offre une capacité de 1 500 personnes debout et 500 assises avec des formules modulables pour offrir un maximum de service à plusieurs types de publics (spectacles, mariage, séminaires…).

Au bord de la Blaise et bordée par les prés, la salle met en valeur tout d’abord son passé : le travail du bois de l’ancienne scierie Houlot. Magnifiquement agencé, l’endroit a de quoi séduire. En présence de François Cornut-Gentille et de la sous-préfète, Jean-Marc Fèvre, président de l’intercommunalité, a souligné l’intérêt du projet pour le territoire du nord Haute-Marne mais aussi le besoin de faire vivre les lieux qui « n’est pas une simple salle de convivialité mais un outil de développement ».

Thématique(s) : Haute-Marne. Pas de commentaire »

Tribune contre les forces d’inerties : quand Bernard Attali rejoint l’analyse de François Cornut-Gentille sur les dysfonctionnements de l’Etat

Dans son numéro du 23 juin, les Echos publient une tribune de Bernard Attali, auteur du rapport sur Polytechnique répondant à celui de François Cornut-Gentille, dénonçant les conservatismes à l’œuvre au sein de l’Etat.

Dans un texte particulièrement percutant, il observe que, face à ses propositions sur l’avenir de l’Ecole polytechnique, « des mandarins se sont mis en mouvement pour obscurcir le débat. Crispés sur leur passé, repliés sur leurs tribus, ils proclament que l’avenir, c’était mieux hier ».  Et d’ajouter : « ces forces d’inerties s’appuient sur un environnement fossilisé ».

Ce constat, amère, fait par Bernard Attali rejoint en tout point l’analyse de François Cornut-Gentille dans son essai GOUVERNEZ ! (Alma éditeur) où il dénonce le jeu des marques, y compris au sein de l’Etat. Ce jeu des marques qui paralyse toute action publique est un véritable défi lancé au pouvoir politique qui, de spectateur impuissant, doit devenir un acteur résistant au nom de l’intérêt général.

Le Président de l’Assemblée nationale, premier censeur des députés

La lettre est datée du 18 juin dernier, par ironie ou provocation. Signée du Président de l’Assemblée nationale, elle informe chaque député de la limitation drastique de ses pouvoirs de contrôle. Désormais, chaque député ne pourra poser qu’une question écrite au gouvernement par semaine. Grande avancée démocratique agrémentée du discours éculé de modernisation.

De quelle modernisation veut-on ? Celle où le député ne sert plus à rien ? Celle où les pouvoirs de contrôle et d’évaluation de l’action gouvernementale, pourtant consacrés par la constitution, sont rendus inopérants ?

Coïncidence de la bêtise, au moment où le Président de l’Assemblée nationale signait sa diatribe anti-parlementaire, une question écrite de François Cornut-Gentille autour de la disponibilité des avions de chasse de l’armée de l’air attirait les regards de toute la presse par les interrogations que la réponse ministérielle soulevait sur la capacité de l’armée de l’air à mener ses nombreuses missions. Sans une question écrite, qui aurait soulevé le problème ? Le ministre de la défense ? Peut-être mais sans la précision exigée par François Cornut-Gentille d’où l’intérêt porté par les médias.

N’en déplaise au Président de l’Assemblée nationale, des députés qui travaillent et prennent à cœur leur mission de contrôle qui inclut le moyen des questions écrites, il en existe ! Encore faut-il s’y intéresser et ne pas courir d’autres chevaux électoraux régionaux, ni dénigrer sans cesse l’Institution parlementaire.

Thématique(s) : Parlement & Institutions. Mot(s)-Clef(s) : . Un commentaire »