De la fiction à la réalité : la défense travaille sur l’usage du laser dans l’espace

L’espace est un enjeu de souveraineté majeur par les nombreuses activités civiles et militaires qui en dépendent. Le libre accès à l’espace et la protection des satellites exigent le développement de capacités opérationnelles nouvelles. Ainsi, des radars sont dédiés à la surveillance de l’espace pour en établir la cartographie satellitaire ainsi que les trajectoires des objets spatiaux dans le souci d’éviter toute collision. Outre les radars, le recours au laser est à l’étude dans plusieurs pays pour la surveillance de l’espace.

François Cornut-Gentille a questionné le ministre de la défense sur les études menées en France sur cette nouvelle technologie.

Le ministre de la défense a ainsi précisé qu’ « au cours des derniers mois, le ministère de la défense a réalisé une étude tendant à évaluer l’intérêt que présentent les potentialités offertes par les lasers pour la surveillance de l’espace, assortie d’une analyse des risques qu’un tel procédé pourrait faire peser sur des satellites en orbite basse. »

Selon cette étude achevée en janvier dernier, la technologie laser est arrivée à maturité pour la télémétrie de nuit. « Toutefois, de nombreux éléments (conditions atmosphériques, positionnement des stations, temps d’observation…) sont susceptibles de perturber l’emploi des lasers pour des opérations de trajectographie. » Pour la télémétrie de jour qui « permettrait quant à elle d’accroître les durées d’exploitation d’un système de surveillance à base de laser », cela exige  « la levée de difficultés technologiques que seules de rares nations ayant développé des compétences spécifiques dans ce domaine sont aujourd’hui en mesure d’éviter. »

Le laser peut également apporter un plus en matière d’imagerie spatiale. Cependant, le ministre insiste également sur le fait qu’ « une telle utilisation exigerait une grande précision de pointage et un éclairement des satellites risquant de nuire aux capacités de leurs capteurs optroniques ou même d’endommager ces derniers. » Surtout, on fait comme si on ne cherchait pas à développer une arme via laser pour neutraliser des satellites portant atteinte à nos intérêts fondamentaux. L’espace est toujours officiellement démilitarisé.

Pas de commentaire

3 Trackbacks

Laisser un commentaire