Catégories

Rechercher

Site menu:

Mots-clefs

Ambonville Andelot Assemblée Nationale Autreville Banques Bologne Briaucourt Budget Champagne Ardenne Chevillon Club de la Boussole Colombey Crise économique Document Doulaincourt Doulevant Débat Développement Etat Froncles Handicap Internet Investissement Joinville justice Juzennecourt Langres Loi Montier en Der Mussey média PME Proposition de loi Question écrite Rapport parlementaire retraite Saint-Dizier Secours Social Suzannecourt sécurité Vecqueville video Vignory Wassy

François Cornut-Gentille invité d’Acteurs Publics TV (vidéo)

On en parle aussi sur les réseaux sociaux

L’article de François Cornut-Gentille sur le Parlement, publié dans la revue Le Débat, suscite des réactions sur les réseaux sociaux de la part notamment de plusieurs philosophes.

Ainsi, Pierre-Henri Tavoillot, auteur notamment de « Qui doit gouverner », écrit sur Facebook :

Directeur général de l’Institut Diderot, Dominique Lecourt a choisi Twitter pour faire part de sa réaction :

Au rapport, Messieurs les parlementaires

Dans le Figaro de ce jeudi 6 avril, Charles Jaigu consacre sa chronique hebdomadaire à l’article de François Cornut-Gentille publié dans la revue LE DEBAT.

Le journaliste passe à l’examen les idées de François Cornut-Gentille sur la modernisation du Parlement, l’évolution de ses missions et le futur institutionnel de la France.

« Cornut-Gentille croit en un parlementarisme adulte qui fait prévaloir les solutions pragmatiques sur les slogans. Les procédures qu’il voudrait mettre en place prennent du temps. Elles demandent du recul et l’indépendance, et un sens obstiné de l’intérêt général ».

« C’est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases ! »

Cette réplique culte d’un film non moins culte « Les tontons flingueurs » est injuste. Au sein des armées, il n’y a pas que les marins qui ressentent le besoin de faire des phrases. Pour preuve, la réponse du ministre de la défense à la question écrite posée par François Cornut-Gentille lui demandant de « préciser le nombre de sorties aériennes effectuées, le nombre de frappes opérées sur des objectifs ennemis ainsi que le nombre de munitions consommées au cours du déploiement Arromanches 3 du groupe aéronaval ».

La réponse du ministre, certes breton, mériterait un commentaire de Francis Blanche : après de très longs développements, le lecteur atteint péniblement l’ultime phrase où il apprend que « lors de la mission Arromanches III, le groupe aéronaval a été engagé dans l’opération Inherent Resolve du 29 septembre au 9 décembre 2016. A cette occasion, le groupe aérien embarqué français a effectué 484 sorties, procédé à 108 frappes et consommé 177 munitions ».

Vraiment curieux ce besoin de faire des phrases…

Dites 33… mais n’attendez pas de réponse pour autant

Lorsque les ministres ne respectent pas les délais réglementaires pour répondre aux questions écrites parlementaires, chaque député auteur d’une question écrite peut procéder à son renouvellement. Et ceci une fois par trimestre. Pour cette seule semaine, François Cornut-Gentille a procédé à 33 renouvellements de questions écrites. Autant dire que le gouvernement n’est pas pressé de répondre.

Florilège de questions qui fâchent (consultables également sur le site de l’assemblée nationale) :

Question n° 18627 du 19 février 2013 au ministre de la défense sur l’impact de la crise économique sur les programmes d’armement menés en coopération entre la France et ses partenaires européens.

Question n° 45850 au ministre de l’économie et des finances : du 10 décembre 2013 lui demandant d’indiquer les participations de fonds souverains étrangers dans le capital des sociétés ayant notamment l’État français comme actionnaire.

Question n° 45983 au ministre de l’économie et des finances du 17 décembre 2013 sur les moyens mis en œuvre par le Gouvernement pour renforcer le contrôle de l’activité des commerces ayant un recours excessif à des transactions en liquide avec un montant unitaire élevé.

Question n° 67208 à la ministre des affaires sociales du 21 octobre 2014 sur les dysfonctionnements informatiques liés à la régionalisation du réseau URSSAF qui ont pénalisé les usagers.

Question n° 78799 au ministre des finances et des comptes publics du 28 avril 2015 sur les privilèges fiscaux dont bénéficient les personnels délégués par la France à l’Organisation conjointe de coopération en matière d’armement (OCCAr).

Question n° 79720 au ministre de la défense du 19 mai 2015 lui demandant de dresser l’inventaire des opérations d’externalisation menées depuis 2002, d’indiquer pour chacune d’elles si elles sont en cours, à l’étude ou abandonnées, ainsi que la nature du contrat passé avec le prestataire retenu.