A quoi bon voter le budget de l’Etat au Parlement ?

La livraison du Journal officiel de ce jeudi vient une nouvelle fois démontrer l’inutilité des débats budgétaires de l’automne au Parlement.

Ce matin, est publié un décret portant transfert de crédits d’un montant de 2 380 000 € en charges salariales et de 28 équivalents temps plein travaillés (ETPT), au profit du programme 218 «Conduite et pilotage des politiques économiques et financières» de la mission «Gestion des finances publiques et des ressources humaines».

La défense figure parmi les contributeurs à hauteur de 425 000 € et 5 postes, montant et nombre d’emplois modestes au regard des crédits de la mission de la défense et des personnels qui y sont gérés. C’est l’éducation nationale qui est la principale contributrice mais, ici aussi, pour des montants peu impactant. Mais là n’est pas le problème. Lire la suite »

Porte-avions : et le débat eut lieu…

Une seule question écrite de François Cornut-Gentille et la presse spécialisée de défense s’enflamme. Comme prédit, et non promis, le bilan opérationnel du Porte-avions Charles de Gaulle au Levant dévoilé hier sur ce site eut de nombreux échos dans les médias.

Florilège :

Olivier Berger, de la Voix du Nord, s’interroge légitimement : « faut-il comparer l’impact des bases au sol et celui du porte-avions ? ». Il ne manque pas cependant de rendre hommage à François Cornut-Gentille, « dont on apprécie la salutaire opiniâtreté durant ce mandat ».

Dans le quotidien économique La Tribune, Michel Cabirol apporte son analyse : « Sans le porte-avions Charles-de-Gaulle, la France perd une partie de sa force de frappe ». Selon lui, les chiffres « Des chiffres qui démontrent la plus-value opérationnelle du porte-avions Charles-de-Gaulle, un équipement indispensable à l’efficacité de l’armée française ».

Cette opinion a elle-même été débattue par Jean-Marc Tanguy, auteur du blog Le Mamouth, sur twitter :

Lire la suite »

Anomalies constatées dans le transport stratégique militaire : François Cornut-Gentille engage des auditions et élargit son contrôle au transport tactique en OPEX

Dans un rapport consacré à la mise en œuvre des opérations extérieures, la Cour des comptes consacre quatre pages au transport stratégique aérien. Au terme de cette rapide étude, les juges financiers ont fait état et de façon affirmative d’anomalies, sans pour autant en livrer la nature ni les responsables.

Rapporteur spécial de la commission des finances de l’Assemblée nationale sur la défense, François Cornut-Gentille s’est immédiatement saisi du dossier, ne pouvant se satisfaire d’une telle imprécision qui ne peut que faire perdurer les anomalies relevées.

Après avoir demandé des informations complémentaires dans une lettre adressée à Didier Migaud, premier président de la Cour des comptes, François Cornut-Gentille engage le temps des auditions.

Mercredi 8 février, il entendra le général Guéguen, en charge du Centre du Soutien des Opérations et des Acheminements (CSOA) et, une semaine plus tard, le commissaire Philippe Leroy, directeur du Service Spécialisé de la Logistique et du Transport (SSLT). CSOA et SSLT sont les principaux services de l’Etat-major des armées concernés par le transport stratégique aérien et évoqués par la Cour des comptes.

Depuis le début de ses investigations sur ce dossier, François Cornut-Gentille a reçu un nombre important de témoignages et documents en provenance des armées mais aussi de prestataires soucieux d’apporter leur éclairage sur ces mystérieuses anomalies sur lesquelles la Cour des comptes n’a toujours pas, à ce jour, répondu à François Cornut-Gentille. Sans doute un retard au décollage.

Ces témoignages l’amènent à élargir le champ de son contrôle au transport tactique sur les théâtres d’opérations extérieures.

« Merci de nous avoir stimulés » : le message du Président de Polytechnique à François Cornut-Gentille

A l’occasion de la nouvelle année, le président de l’Ecole polytechnique vient d’adresser ses vœux à François Cornut-Gentille. Il conclut son message par des remerciements particuliers : « merci de nous avoir stimulés ».

Cette mention fait référence au rapport de François Cornut-Gentille sur l’Ecole polytechnique qui, lors de sa préparation et sa présentation, a suscité de l’incompréhension quant à sa finalité de la part de certains cadres et anciens élèves de la prestigieuse école.

Les quelques mots du Président de l’Ecole, « merci de nous avoirs stimulés », montrent que cette incompréhension appartient au passé. Oui, la finalité du rapport parlementaire était d’amener l’Ecole et surtout sa tutelle à réfléchir sur son positionnement et son devenir dans un monde qui fit de la tradition. En aucun cas, il s’agissait de dicter la stratégie aux Polytechniciens. François Cornut-Gentille souhaitait qu’ils prennent conscience que l’environnement universitaire, industriel et administratif ne comprenait plus l’Ecole et qu’il y avait urgence à ce qu’elle réaffirme sa destinée.

Aux remerciements du Président de l’Ecole, François Cornut-Gentille ne peut que répondre : « je n’ai fait que mon travail ». Et de souhaiter à l’Ecole polytechnique, à ses élèves et à ses cadres dirigeants, une belle année 2017.

Pour l’opposition, l’exercice du pouvoir se prépare aujourd’hui… ou jamais !

Dans son édition quotidienne, le Figaro vient de publier une tribune de François Cornut-Gentille. Cliquer sur ce lien ou l’image ci-dessous par la découvrir.

Thématique(s) : " Gouvernez !" le livre. Mot(s)-Clef(s) : , , . 2 commentaires »