Pour les TPE, Fleur Pellerin fut une étoile filante du gouvernement.

Avant d’être en charge du tourisme sous Valls I puis de la culture sous l’actuel gouvernement, Fleur Pellerin (photo) fut secrétaire d’Etat aux PME, à l’innovation et à l’économie numérique. Le 17 juillet 2012, c’est donc vers elle que se tourne François Cornut-Gentille pour lui poser une question simple mais fondamentale pour les très petites entreprises : la restriction de l’accès au crédit de trésorerie.

Deux ans plus tard, et malgré 6 rappels, la réponse se fait toujours attendre. On ne peut que le déplorer. Le sujet n’est pas idéologique. Il concerne plusieurs centaines de milliers de chefs d’entreprise, sans évoquer leurs salariés. Certes, il n’est pas médiatique. Ce qui est sans doute un handicap. Dès lors, on peut s’interroger. Présentée comme une étoile montante du gouvernement, que fit Fleur Pellerin pendant deux ans ?

Désormais, il incombe à Emmanuel Macron, ministre de l’économie, de répondre. Une autre étoile montante. Gageons qu’elle ne soit pas filante.

Audition de Jean-Pierre Jouyet, candidat à la direction de la caisse des dépôts et consignations (vidéo)

Ce matin, la commission des finances a auditionné Jean-Pierre Jouyet dont la nomination par le gouvernement à la direction de la Caisse des Dépôts et Consignations est soumise à l’approbation des commissions des finances de l’Assemblée et du Sénat. Dans son propos introductif, Jean-Pierre Jouyet est revenu sur son parcours professionnel :

De nouvelles propositions sur les tarifs bancaires

Georges PAUGET, ancien directeur général du Crédit Agricole, et Emmanuel CONSTANS, président du Comité Consultatif du Secteur Financier, ont remis ce matin à Christine Lagarde, ministre de l’économie, leur rapport de propositions pour parvenir à des tarifs bancaires plus justes et plus équilibrés.

Il existe ainsi un écart persistant entre la réalité de la tarification bancaire et sa perception par les consommateurs. Les services financiers facturés au sens de l’INSEE représentent 0,57% des dépenses de consommation des ménages, soit près de quatre fois moins que les services d’assurance et trois fois moins que les services de télécommunication.

Le rapport préconise notamment que les sommaires des conditions tarifaires soient les mêmes d’une banque à une autre et que les mots employés dans les conditions tarifaires soient tirés d’un glossaire commun à toutes les banques. Ces mesures vont permettre de rendre les tarifs bancaires facilement comparables et compréhensibles par tous. Lire la suite »

Thématique(s) : Vie économique / Emploi. Mot(s)-Clef(s) : , . Pas de commentaire »

Opacité des tarifs bancaires : réponse de Christine Lagarde après les mises en cause de l’Autorité de la concurrence

En janvier dernier, un article publié sur ce site mentionnait que le président de l’autorité de la concurrence (ex Conseil de la concurrence), Philippe Lasserre, mettait en cause l’opacité des tarifs bancaires. Dénonciation à la suite de quoi François Cornut-Gentille a questionné le gouvernement afin de renforcer la transparence des tarifs bancaires.

Le journal officiel du 23 mars publie la réponse de Christine Lagarde, ministre de l’économie, qui rappelle la réglementation en vigueur notamment « le plafonnement des frais bancaires pour incidents de paiement » tout en soulignant que « le montant des frais bancaires relève des politiques tarifaires des établissements de crédit. » Lire la suite »

Thématique(s) : Vie économique / Emploi. Mot(s)-Clef(s) : , . Pas de commentaire »

Frais bancaires : l’opacité perdure.

eurosLundi dernier, le président de l’autorité de la concurrence (ex Conseil de la concurrence), Philippe Lasserre, a une nouvelle fois mis en cause l’opacité des tarifs bancaires. Déjà en septembre dernier, la commission européenne avait souligné la nécessité de réviser l’information des clients sur le coût des opérations bancaires. L’opacité en la matière est dangereuse. De nombreuses personnes se trouvent entraînées dans une spirale de paiement de frais bancaires parfois incontrôlée.

Dès juillet 2007, François Cornut-Gentille avait interpellé le gouvernement par une question écrite sur ce sujet crucial. Les mesures alors présentées dans la réponse du secrétaire d’Etat à la consommation ne semblent pas suffire.

François Cornut-Gentille a donc décidé de questionner de nouveau le gouvernement afin de renforcer la transparence des tarifs bancaires.

Thématique(s) : Vie économique / Emploi. Mot(s)-Clef(s) : , . Pas de commentaire »