GOUVERNEZ ! Des questionnements qui préoccupent tant à droite qu’à gauche

Face une assistante grenobloise attentive réunie à l’invitation du député PS Michel Destot, François Cornut-Gentille a présenté ses analyses de l’impuissance publique et ses propositions institutionnelles pour y remédier. Cette soirée inédite par son format démontre la préoccupation des Français quant au devenir de l’Etat et leurs attentes de réponses politiques.

Thématique(s) : " Gouvernez !" le livre. Mot(s)-Clef(s) : , . Pas de commentaire »

Grenoble et Le Cannet, prochains débats autour de GOUVERNEZ !

François Cornut-Gentille poursuit son tour de France des débats autour de son essai politique « Gouvernez ! » :

Le 28 avril, il sera à Grenoble à l’invitation de Michel Destot, député PS et ancien maire. (19 h – espace convivi’âges)

Le 13 mai, il sera au Cannet (Alpes maritimes) où il retrouvera Michèle Tabarot, député Les Républicains et maire de la commune. (horaire et lieu seront précisés ultérieurement).

Ces deux débats traduisent bien l’intérêt porté au-delà des clivages politiques pour les réflexions de François Cornut-Gentille

Thématique(s) : " Gouvernez !" le livre. Mot(s)-Clef(s) : , . Pas de commentaire »

Budget de la défense : à quoi sert-il de voter le budget à l’automne ?

C’est la légitime question que l’on se pose à la lecture du journal officiel de ce jour qui publie un décret portant  virement de crédits concernant la défense.

Les virements de crédits sont une modification des sommes allouées en loi de finances initiale à chacun des quatre programmes budgétaires qui constituent la mission défense, sans faire appel à des crédits extérieurs à ceux du ministère. Il s’agit d’une nouvelle répartition interne des crédits de la défense.

Rien de scandaleux à ce principe de gestion, des ajustements étant toujours nécessaires. Le seul petit hic du décret publié au journal officiel est double :

1° sa date : le 11 avril, soit à peine plus de trois mois après la mise en œuvre du budget 2016. Que des virements interviennent en fin d’exercice est compréhensible ; en début, moins. Nous aurait-on menti  lors des débats budgétaires de l’automne en « gonflant » artificiellement certaines enveloppes, notamment pour les équipements, en sachant pertinemment que cela ne tenait pas ?

2° le montant. Là on frise le scandale. 129,7 millions d’euros de crédits de paiement annulés sur le programme 146, celui des équipements. Ceci pour financer principalement les soldes. De qui se moque-t-on ?

Les réponses sont toutes trouvées : oui, le budget présenté par le ministre de la défense à l’automne n’était pas sincère. En agissant ainsi, il avait beau jeu d’affirmer défendre les armées et de promettre à qui voulait entendre. Au final, les dindons de la farce sont les français et leurs représentants, les parlementaires.

Thématique(s) : Budget. Mot(s)-Clef(s) : , , , . Pas de commentaire »

François Cornut-Gentille a-t-il les idées claires ?

A la suite de la publication d’un article de François Cornut-Gentille dans la revue LE DEBAT, reprenant l’analyse développée dans son essai GOUVERNEZ !, l’éditorialiste de la matinale de France Culture, Brice Couturier, consacre sa chronique (sérieuse) « les idées claires » du 1er avril à l’impuissance des institutions.

Pour écouter la chronique de Brice Couturier, cliquez sur l’image ci-dessous :

Thématique(s) : " Gouvernez !" le livre. Mot(s)-Clef(s) : , , , . Pas de commentaire »

Exportations d’armement : à quoi jouent le Ministère de la défense et la DGA ?

Selon le quotidien La Tribune, l’Arabie Saoudite aurait exigé de la France que la société ODAS cesse toute activité dans le cadre des contrats d’armement qui lient Paris à Ryad.

Cet office, successeur de la SOFRESA, est devenu une rareté mondiale. En effet, la contractualisation des ventes d’armement dans le monde s’effectue quasi-exclusivement par des contrats d’Etat à Etat. La France rechigne à de telles pratiques alors que c’est une forte demande des clients pour éviter certaines dérives particulièrement répréhensibles.

Depuis plusieurs mois, l’Arabie Saoudite avait fait part à la France de son courroux concernant l’activité d’ODAS. Dans le même temps, le Ministère de la défense montrait peu d’entrain à répondre dans les délais légaux et avec précision aux nombreuses questions posées par François Cornut-Gentille depuis 2013 sur ODAS. Rien n’y fait. Jean-Yves Le Drian et la DGA couvrent ODAS contre vents et marées.

Pourquoi maintenir une structure décriée alors que les exportations d’armement sont la priorité du ministère ? Pourquoi la DGA, pourtant si prompte à récupérer le travail des autres, reste inerte ? La présence d’un amiral, ancien chef d’état-major des armées, à la tête d’ODAS ne peut servir d’explication crédible.

Thématique(s) : International. Mot(s)-Clef(s) : . Pas de commentaire »