Ouf, un régiment qui n’est pas dissolu ! (billet d’humour)

Les prochaines annonces de dissolution d’unités au sein des armées suscitent une légitime impatience parmi les personnels et les communes concernés.

La tradition veut que ces annonces aient lieu au printemps. En raison d’un calendrier électoral chargé, le gouvernement a souhaité reporter à courant octobre la présentation de la nouvelle carte des implantations militaires.

En Champagne-Ardenne, le régiment du génie de Charleville-Mézières est régulièrement cité parmi les potentiellement menacés. Aussi, le moindre indice de maintien est immédiatement relayé. Parfois trop vite. Le régiment du génie n’est pas dissolu, c’est une certitude ! Ses hommes ont tous une grande tenue. Est-il dissous ? Attendons l’annonce du ministre.

Thématique(s) : Actualités des forces. Mot(s)-Clef(s) : . Un commentaire »

Impression 3D : Entretien de François Cornut-Gentille sur la blogosphère

Il n’y a pas que les questions écrites sur la défense qui suscite l’intérêt des spécialistes. En juillet 2013, François Cornut-Gentille interrogeait Arnaud Montebourg sur les défis posés par l’impression 3D. Un an plus tard, le site spécialisé priximprimante3d.com a voulu faire le point.

Un entretien exclusif au cours duquel François Cornut-Gentille affirme que « son interpellation de l’été dernier ne visait pas à dire ce qu’il fallait faire ou pas faire. Elle avait pour seul objectif d’alerter le gouvernement et, à travers lui, les spécialistes juridiques et techniques de la question sur des enjeux qui dépassent largement la reproduction de petites figurines pour les enfants. »

Thématique(s) : Enjeux de société. Mot(s)-Clef(s) : , , . Pas de commentaire »

Défense & Informatique, le couple impossible

Après Louvois, le Ministère de la défense n’en finit pas avec les problèmes informatiques. Le service historique de la défense, au centre des commémorations du centenaire de la première guerre mondiale, a des soucis internet. Comme l’indique le ministre de la défense dans une réponse à une question écrite de François Cornut-Gentille, «  cet outil a connu au cours des derniers mois des dysfonctionnements majeurs liés à des problèmes de sécurité résultant de l’obsolescence de sa pile logicielle. »

Bilan des courses : le site a été fermé pendant l’été 2013. La DIRISI (direction interarmées des réseaux d’infrastructure et des systèmes d’information de la défense) « a procédé à la réouverture du site le 11 octobre dernier et poursuit actuellement ses efforts en vue de le stabiliser, notamment en termes de sécurité, et d’améliorer la qualité du service rendu aux usagers. Le SHD et la DIRISI ont par ailleurs entrepris d’importants travaux de refonte de ce site qui devraient aboutir en 2015. » Espérons que, cette fois, le ministère de la défense va gagner cette guerre avant le centenaire de l’armistice. Lire la suite »

Thématique(s) : Actualités du ministère. Mot(s)-Clef(s) : , . Pas de commentaire »

On en parle sur la toile

Le mois d’août est réputé calme en terme médiatique. François Cornut-Gentille a pourtant été mentionné par plusieurs sites internet :

PC Inpact et Humanoides.fr sont revenus sur sa question écrite relative aux conséquences juridiques de la diffusion des imprimantes 3D : un sujet qui manifestement passionne la toile et fait débat.

PC Inpact a également fait mention d’une autre question écrite relative à la mise en place de brouilleurs d’ondes anti-téléphone portable dans les établissements pénitentiaires. Une suggestion de François Cornut-Gentille qui soulève des commentaires manifestement positifs.

Thématique(s) : Enjeux de société. Mot(s)-Clef(s) : , , . Pas de commentaire »

Une question qui fait du buzz en 3D

Mardi, le journal officiel a publié une question écrite de François Cornut-Gentille relative à l’encadrement juridique  des  reproductions réalisées à partir d’imprimantes 3D.

A peine la question publiée, plusieurs médias se sont saisis du sujet : l’informaticien, Gizmodo ou encore PC inpact.

BFMTV.com a réalisé une interview de François Cornut-Gentille au cours de laquelle il a déclaré : « On est face à des évolutions technologiques qui vont sans doute apporter beaucoup de possibilités nouvelles. Est-ce qu’on en a bien mesuré les conséquences, ne devrions-nous pas anticiper plutôt que subir? Je ne suis pas un acharné de la coercition, je ne suis pas du tout sur cette ligne. Mais il faut bien évaluer les enjeux en amont, un cadrage est, je pense, nécessaire. »