François Cornut-Gentille a-t-il les idées claires ?

A la suite de la publication d’un article de François Cornut-Gentille dans la revue LE DEBAT, reprenant l’analyse développée dans son essai GOUVERNEZ !, l’éditorialiste de la matinale de France Culture, Brice Couturier, consacre sa chronique (sérieuse) « les idées claires » du 1er avril à l’impuissance des institutions.

Pour écouter la chronique de Brice Couturier, cliquez sur l’image ci-dessous :

Thématique(s) : " Gouvernez !" le livre. Mot(s)-Clef(s) : , , , . Pas de commentaire »

La DGA plus soucieuse de son image que des deniers publics

La direction générale de l’armement du Ministère de la défense est une grande incomprise. Il suffit de prononcer les trois lettres magiques D-G-A pour en mesurer l’opinion plus que modérée de la part des industriels et des armées. Quant au grand public, il en ignore l’existence, malgré ses responsabilités majeures pour la dissuasion nucléaire, pour l’emploi dans de nombreuses régions et pour la formation des polytechniciens.

Aussi, la DGA ne lésine pas pour sa communication. Normal dans la société d’hypermédiatisation dans laquelle elle s’inscrit. C’est ainsi que l’on apprend, par le biais d’une question écrite de François Cornut-Gentille, qu’elle fait réaliser sur ses crédits chaque année un baromètre « Image de la DGA dans les médias ». Diantre, les ingénieurs de l’armement seraient-ils victimes du syndrome « miroir, ô mon bon miroir » ?

Le fait serait anecdotique s’il ne révélait pas un nouveau dysfonctionnement : le ministère de la défense dispose d’une délégation à l’information et à la communication de la défense (DICOD) normalement chargée de ce genre de prestation. La DGA préfère s’adresser à des prestataires privés extérieurs, plus coûteux. Sans aucune justification. Au risque de par son comportement de s’isoler un peu plus des autres services du ministère de la défense  et d’entretenir l’incompréhension qu’elle tente de surmonter. Beau résultat !

Plutôt que de se soucier de son image, la DGA devrait se soucier un peu plus des deniers publics !

Thématique(s) : Budget. Mot(s)-Clef(s) : , , . Pas de commentaire »

Interview de François Cornut-Gentille à L’Echo des Vosges

Dans le cadre de sa venue à Epinal, François Cornut-Gentille a répondu aux questions de L’Echo des Vosges. L’intégralité de l’entretien est disponible sur cette adresse :  echodesvosges.over-blog.com

Extraits :

Conséquence de l’ hypermédiatisation, vous décrivez dans votre livre que ce sont désormais des «Marques» qui imposent leur loi au détriment de l’intérêt général…

Je constate que jusqu’à la Présidence de François MITTERAND, l’exécutif avait un pouvoir directionnel fort, une autorité et une ligne directrice qui a permis de dire qu’il y avait un parlement « croupion » et un pouvoir monarchique. Mais depuis, que ce soit Chirac, Sarkozy ou Hollande tout a changé. Chirac n’a fait que bloquer la guerre en Irak, Sarko rouler des mécaniques alors que tout se dérobait et Hollande est un Président impuissant.

Ce n’est que sur le papier que nous avons un pouvoir présidentiel fort. Dans les faits nous avons un pouvoir faible et un parlement faible. Que ce soit du fait des nouvelles technologies et des médias, ou par un attentisme des politiques ( le fameux « on est pas bien, mais demain tout ira mieux » que la France a déjà connu sous Pétain), les dirigeants politiques se sont discrédités. Mais surtout des forces de contestation un tant soit peu organisées ont maintenant un pouvoir d’inertie ou de nuisance permettant de faire plier un gouvernement. Regardez les « Pigeons », une centaine de dirigeants de start up qui ont menacé de quitter la France si on taxait la plus value sur les cessions de leurs parts sociales. La reculade du gouvernement Hollande est emblématique de cette faiblesse.

J’ai désigné ces forces par le terme de « Marques ». Ce sont des organisations corporatives ou professionnelles ( forces syndicales, patronales) ou même des services de l’Etat (Ministère de l’environnement qui se « construit » contre le Ministère de l’Agriculture ou de l’Industrie; la Police contre la Justice…Que d’intérêts catégoriels alors qu’ils devraient d’abord être au service de l’intérêt général!), ce sont aussi des individus, sans appartenance politique ou économique précises comme Nicolas Hulot ou Bernard-Henri Lévy ( qui nous a entraîné dans la guerre en Libye chemise blanche flottante et cheveux grisonnants au vent…).

Lire la suite sur echodesvosges.over-blog.com

Thématique(s) : " Gouvernez !" le livre. Mot(s)-Clef(s) : , , . Pas de commentaire »

Le Canard Enchaîné, fidèle lecteur du site de François Cornut-Gentille

Lu dans l’édition de ce matin du Canard Enchaîné :

Thématique(s) : Défense. Mot(s)-Clef(s) : , . Pas de commentaire »

« Les députés doivent être des lanceurs d’alerte », entretien de François Cornut-Gentille au magazine Pèlerin.

François Cornut-Gentille a accordé une interview au magazine Pèlerin de cette semaine autour de son livre « Gouvernez ! »

Thématique(s) : " Gouvernez !" le livre. Mot(s)-Clef(s) : , , . 2 commentaires »