Usine de Bayard sur Marne : 500 ans et l’avenir devant elle

Le 14 septembre, François Cornut-Gentille participait à la célébration des 500 ans du travail du fer sur le site de Bayard sur Marne, site occupé aujourd’hui par la société Saint-Gobain PAM. C’est en effet en 1513 que le Roi autorisait François FRESNEL à édifier une forge au Moulin de Bayard.

L’usine, qui emploie aujourd’hui 170 salariés  sous la direction de Romain Lecroart, produit des tuyaux et des raccords en fonte grise que l’on retrouve dans le monde entier. Ces produits, fortement concurrencés par les pays émergents et le plastique, imposent une innovation permanente pour répondre aux besoins d’aujourd’hui.

Thématique(s) : Haute-Marne. Mot(s)-Clef(s) : , , . Un commentaire »

Lutte contre le travail illégal dans le BTP : avec un peu plus de volonté politique, on peut y arriver

Les entreprises et artisans du secteur du bâtiment se trouvent confrontés à une recrudescence du travail illégal. Cette concurrence menace la pérennité de leur société. Pour y faire face, les professionnels du secteur proposent la généralisation d’une carte d’identification professionnelle des salariés intervenant sur les chantiers. François Cornut-Gentille a soumis la proposition à Michel Sapin, ministre du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social (photo), par une question écrite.

La réponse du ministre a été publiée cette semaine au journal officiel. « La création de cette carte personnalisée à l’initiative de l’union des caisses de France congés payés et intempéries (UCF-CI) a été favorablement soutenue par les pouvoirs publics, dans la mesure où ce document permettait de favoriser la lutte contre le travail illégal dans un secteur professionnel particulièrement fragilisé par des pratiques sociales frauduleuses. » Mais ce dispositif repose sur un engagement volontaire de l’employeur.

La généralisation de la carte implique selon le ministre de « résoudre au préalable les contraintes techniques, juridiques et organiques générées par une telle mesure. » Et manifestement ils sont nombreux à en lire la réponse ministérielle. Mais aucun ne semble insurmontable. Sauf peut-être la volonté politique…

Thématique(s) : Vie économique / Emploi. Mot(s)-Clef(s) : , , . Pas de commentaire »

Carte achat du ministère de la défense : les fournisseurs supportent l’essentiel des frais bancaires liés au dispositif.

Expérimentée depuis 2003 puis généralisée en 2008 au sein du ministère de la défense, la « carte achat » est un moyen de commande et de paiement, dématérialisant les documents et les flux financiers concernant des achats de faible enjeu.

Afin de mieux appréhender la pertinence du dispositif, François Cornut-Gentille a posé une question écrite à Jean-Yves Le Drian, ministre de la défense, pour préciser les frais bancaires supportés respectivement par les fournisseurs, généralement des PME, et par le ministère de la défense dans le cadre de la mise en œuvre de la carte achat.

Publiée au journal officiel du 30 avril, la réponse du ministre révèle que la carte achat constitue, pour les fournisseurs du Ministère de la défense, une véritable charge au seul profit des banques. Deux types de carte cohabitent : « la carte d’achat de niveau 1 (N1), dite de proximité, utilisée sur place auprès d’un fournisseur pour des marchés inférieurs à 15 000 €, et la carte d’achat de niveau 3 (N3), utilisée à distance, afin d’exécuter un marché formalisé. A titre informatif, environ 100 000 transactions par carte d’achat N3 ont été réalisées en 2012 sur les programmes du ministère de la défense pour un montant total de 85 millions d’euros. » Lire la suite »

Thématique(s) : Actualités du ministère. Mot(s)-Clef(s) : . Pas de commentaire »

Pas de doute, les Français sont les plus forts … mais pas pour tout

Les forces britanniques viennent d’acquérir en urgence un système de détection des tireurs d’élite embusqués ou snipers au profit de ses forces en Afghanistan. Ce système permet de détecter et de localiser tous types d’optiques pointées : des optiques de visées utilisées par les tireurs embusqués jusqu’aux systèmes de visée optronique. Dans un cadre militaire ou civil, il participe à la sécurisation de sites, de personnalités et de foules…

Information déterminante : ce système, le SLD 500, est développé par une PME française, CILAS, qui réalise la moitié de son chiffre d’affaires à l’exportation. Cette société fait travailler 145 personnes dont 56 % d’ingénieurs et cadres. Implantée dans le Loiret, elle a pour actionnaire ASTRIUM (groupe EADS, 63 %) et AREVA (37 %).

Information édifiante : même si CILAS a bénéficié de fonds de la DGA pour développer le système, les forces françaises n’ont pas acquis le SLD 500. Nul doute que les soldats français sont moins vulnérables aux tirs des snipers que leurs homologues britanniques… En tout cas, le Royaume-Uni remercie la France d’avoir financé un système efficace. Peut-être est-cela la vision française de l’Europe de la Défense : on paie et les autres en bénéficient.

Thématique(s) : Défense. Mot(s)-Clef(s) : , . Un commentaire »

François Cornut-Gentille en visite à Joinville

A l’occasion d’une rencontre de travail avec les élus de la commune de Joinville, François Cornut-Gentille s’est rendu dans l’entreprise familiale BUGUET spécialisée dans la pose de charpentes et les constructions en bois.

Installée sur la zone d’activité du Rongeant, cette PME investit de manière conséquente cette année dans un nouvel outil de production qui permettra à l’entreprise de répondre à de nouveaux marchés publics et privés sur un échelon interrégional.

Thématique(s) : Haute-Marne. Mot(s)-Clef(s) : , . Pas de commentaire »