Le désert médical, une menace pour le ministère de la défense ?

Les déserts médicaux ne concernent pas uniquement les civils. Les forces armées peuvent être confrontées à des déficits de médecins. Préoccupé par cette question tant en Haute-Marne que pour les forces armées, François Cornut-Gentille a interrogé via une question écrite le ministre de la défense sur les pénuries de spécialistes au sein du service de santé des armées.

Des mesures statutaires drastiques ont permis d’enrayer la pénurie de radiologues ou encore d’anesthésistes. « A ce jour, la chirurgie orthopédique demeure le seul domaine dans lequel subsiste un déficit en praticiens ». Une spécialité pourtant cruciale au regard des blessures en opération.

La situation est par contre plus préoccupante pour les personnels paramédicaux : « en ce qui concerne les personnels paramédicaux, le recrutement et la fidélisation des infirmiers de bloc opératoire diplômés d’État (IBODE) et, dans une moindre mesure, des infirmiers anesthésistes diplômés d’État (IADE) restent une priorité pour le SSA ».

Thématique(s) : Actualités du ministère. Mot(s)-Clef(s) : . Pas de commentaire »

L’avion de patrouille maritime Atlantique 2 a plus vu la terre que la mer en 2014

Vénérable avion de patrouille maritime, l’Atlantique 2 est un équipement de l’aéronavale extrêmement sollicité. François Cornut-Gentille a souhaité obtenir le détail des opérations au cours desquelles l’appareil a été engagé.

Bien que rattaché à la marine nationale car « avion de patrouille maritime », l’Atlantique 2 a plus vu la terre que la mer. Au cours de l’année 2014, les équipages d’Atlantique 2 ont effectué 1173 heures en OPEX dont 117 heures (soit 10 %) avec le porte-avions. Le reste fut réalisé dans la bande sahélo-sahérienne (635 heures soit 54,1 %) ou depuis la base aérienne 104 aux Emirats Arabes Unis (421 heures soit 35,9 %).

Afin de ne pas débuter l’année 2016 sur une nouvelle polémique qui enflamme les réseaux sociaux des militaires, aucun commentaire de ces chiffres ne sera effectué. Ceci pour ne pas être accusé de s’interroger sur la pertinence du rattachement de l’Atlantique 2 à l’aéronavale au regard de son emploi actuel, sur l’engagement du porte-avions dans les OPEX, … Non, non, non, pas de commentaire.

Thématique(s) : Actualités des forces. Mot(s)-Clef(s) : . 6 commentaires »

 » jusqu’à l’été, à l’opération  » nous répond le ministre de la Défense

Après avoir décidé de limiter le nombre de questions écrites parlementaires, l’Assemblée nationale (sans trop que l’on puisse dire qui est responsable) rencontre des difficultés à mettre en ligne sur son site les réponses ministérielles. Le problème dure. Et on ignore toujours pourquoi la typographie des réponses (et non des questions) rend totalement illisible le texte.

Un exemple avec une réponse à une question de François Cornut-Gentille sur les Atlantique 2, avions de patrouille maritime : « S’agissant des opérations extérieures conduites par les armées françaises en 2014, les aéronefs Atlantique 2 ont effectué 117 heures de vol lors de la mission « Bois Belleau » accomplie par le groupe aéronaval dans le golfe arabo-persique. Ils ont en outre participé, jusqu’à l’été, à l’opération « Serval » dans la bande sahélo-saharienne (635 heures de vol) et sont enfin intervenus, dans le cadre de l’opération « Chammal », en soutien de l’opération « Inherent Resolve » menée en coalition, à partir de la base aérienne 104 d’Al Dhafra aux Émirats arabes unis (421 heures de vol). Au cours du premier semestre 2015, les Atlantique 2 ont contribué au déroulement de l’opération « Chammal » (488 heures de vol) et ont participé à la mission de soutien « Arromanches » effectuée par le groupe aéronaval dans le cadre de cette même opération (124 heures de vol). » Lecture un peu pénible, il faut en convenir.

On ne veut pas participer à la théorie du complot ou sombrer dans une paranoïa anti-parlementaire mais il y a certains jours …

Statistiques inversées, réponses parcellaires : la transparence made in DGA

On se souvient que récemment la direction générale de l’armement a avoué avoir (malencontreusement) inversé des statistiques sur l’activité de ses centres d’essais dans une réponse à une question écrite de François Cornut-Gentille. 18 mois lui furent nécessaires pour s’en rendre compte.

Cette semaine, le ministère de la défense vient de reconnaître avoir donné une réponse incomplète sur une autre question écrite de François Cornut-Gentille portant sur le personnel militaire affecté aux missions de défense des représentations diplomatiques françaises à l’étranger. Dans sa réponse initiale, le ministre de la défense avait tout simplement omis de mentionner les personnels rattachés à la DGA. Dommage que ce soit de nouveau cette direction qui défaille ! Un problème de transparence ? Le délégué général pour l’armement (photo) a pourtant la réputation de parfaitement maîtriser la communication de sa direction.

Ce n’est qu’à la suite d’une nouvelle interpellation écrite de François Cornut-Gentille que les chiffres ont été transmis : 61 personnes de la DGA sont en poste à l’étranger pour un coût en 2014 de 7,2 millions d’euros.

Il paraît que le surnom donné à Cornut-Gentille à la DGA est « le teigneux »… En effet, François Cornut-Gentille a le grand tort de poser des questions écrites, de lire les réponses qui lui sont faites, de les exploiter et de soulever les manques et incohérences. Bref, de faire son job !

Thématique(s) : Défense. Mot(s)-Clef(s) : , , . 4 commentaires »

Si la DGA gère les équipements comme les questions parlementaires…

… on est en droit de s’inquiéter.

Par plusieurs questions écrites du 21 avril 2015, François Cornut-Gentille avait alerté le ministre de la défense sur des statistiques transmises par la DGA sur l’activité de ses centres d’essais. Plusieurs chiffres transmis à la suite de précédentes questions écrites surprenaient voire détonnaient. Particulièrement vigilant, François Cornut-Gentille demandait alors des explications.

La réponse du Ministre de la défense a été publiée le 10 novembre (après tout de même une relance estivale). Le ministre, ou plutôt le délégué général pour l’armement (photo) reconnaît qu’ « un certain nombre d’inversions concernant la restitution des chiffres relatifs à l’activité des centres de la direction technique de la direction générale de l’armement (DGA) au titre de l’année 2013 (a) été constaté dans la réponse à la question écrite n° 47 339 publiée au Journal officiel du 1er avril 2014 ». Il a fallu donc 18 mois au Ministère de la défense pour constater que les chiffres transmis au Parlement et publiés au Journal officiel étaient faux !

C’est donc grâce au seul questionnement de François Cornut-Gentille (dont l’équipe se résume à deux collaborateurs) que cette inversion statistique sur l’activité de la DGA a été décelée, inversion qui a passé les nombreux filtres hiérarchiques de la DGA, du ministère de la défense et du cabinet du ministre avant publication. Et on ose parler de « dream team » à propos du ministère actuel !

Mais, promis, aucune conclusion hâtive ne sera tirée de cet épisode… mais c’est tentant.

Thématique(s) : Défense. Mot(s)-Clef(s) : , . Pas de commentaire »