A l’agenda cette semaine

Dans le cadre des ultimes auditions menées sur l’Ecole polytechnique, François Cornut-Gentille échangera avec Luc Rousseau (photo), vice-président du Conseil général de l’économie, de l’industrie, de l’énergie et des technologies, qui chapeaute notamment le corps des Mines. Cet entretien permettra de faire le lien entre la formation polytechnicienne, les besoins de l’Etat en hauts cadres techniques et les carrières dans la fonction publique.

Mardi après-midi, aux côtés de Patricia Adam, présidente de la commission de la défense, François Cornut-Gentille présentera les enseignements du contrôle effectué à Bercy relatif à l’exécution de la loi de programmation militaire.

Mercredi matin, la commission des finances de l’Assemblée auditionnera le chef d’Etat-major des armées, le délégué général pour l’armement et le secrétaire général de l’administration du ministère de la défense sur la situation budgétaire.

François Cornut-Gentille confirmé dans ses fonctions de rapporteur spécial

Ce matin, la commission des finances a confirmé François Cornut-Gentille dans ses fonctions de rapporteur spécial pour les crédits de la défense (préparation de l’avenir : programmes 144 et 146).

Ceci signifie que François Cornut-Gentille fera un rapport à l’automne sur le budget 2015 de la défense, budget qui s’annonce particulièrement difficile.

Thématique(s) : Budget. Mot(s)-Clef(s) : , , . 2 commentaires »

SNLE : le Point sur les i(mprécisions)

Dans un long papier publié sur son blog, Jean Guisnel, le spécialiste défense de l’hebdomadaire LE POINT, livre une très intéressante étude sur les futures failles de la furtivité des sous-marins lanceurs d’engins (SNLE), à la suite des propos tenus par le délégué général pour l’armement de la commission de la défense de l’Assemblée Nationale.

Il est dommage que la conclusion de cet article ne vienne ternir tout ce qui précède. Jean Guisnel écrit : « Une chose est sûre : à ce stade, nous n’avons rencontré au cours de notre enquête que de très rares interlocuteurs connaissant et acceptant de discuter de ce sujet. Dans le monde politique, cette question n’a jamais été abordée dans un rapport parlementaire, et aucun membre de l’exécutif n’a jamais évoqué cette question pourtant cruciale pour l’avenir de la dissuasion. »

Dommage en effet qu’il n’ait pas lu au cours de son enquête l’épais avis budgétaire de François Cornut-Gentille publié en novembre 2011 dans lequel il est mentionné : « la double composante permet enfin de se prémunir contre toute surprise technologique. Actuellement, plusieurs États, dont la Russie, essaient de développer des systèmes satellitaires de détection des sous-marins. Si de tels programmes venaient à aboutir, cela signifierait la fin de la composante océanique dont le principe de base est de ne pas être détecté. Dans cette hypothèse, la dissuasion britannique, fondée uniquement sur la composante océanique, n’aurait plus de sens alors que la dissuasion française conserverait sa pertinence grâce à la composante aéroportée. » C’était il y a deux ans et demi…

Thématique(s) : Défense. Mot(s)-Clef(s) : , , . Un commentaire »

Pas de suspension pour François Cornut-Gentille

Les travaux de l’Assemblée nationale sont suspendus le temps de la campagne électorale pour les municipales dont le 1er tour est fixé au dimanche 23 mars.

Mais, pour François Cornut-Gentille, l’activité parlementaire continue avec des auditions programmées pour mercredi autour de l’école polytechnique.

Seront successivement entendus : Xavier Huillard, PDG de Vinci et président de la commission aval qui se préoccupe des débouchés professionnels des élèves de l’X (photo) ; Philippe Errera, directeur des affaires stratégiques du Ministère de la défense ; Bernard Esambert, ancien président du conseil d’administration de l’école polytechnique.

Un agenda toujours sous X

De nombreuses auditions autour de l’école Polytechnique sont encore inscrites à l’agenda de François Cornut-Gentille.

Mardi, Jean-Marc Sauvé, vice-président du Conseil d’Etat et président du conseil d’administration de l’ENA, et Nathalie Loiseau, directrice de l’ENA, ouvriront les débats. Ils seront suivis l’après-midi par Alain Finkielkraut (photo), philosophe, professeur à Polytechnique.

Mercredi, Jean-Bernard Lartigue, délégué général de la fondation X, viendra à l’Assemblée nationale. Puis François Cornut-Gentille auditionnera Pierre Tapie, ancien président de l’ESSEC et de la conférence des grandes écoles. Enfin, en fin d’après-midi, rendez-vous très attendu (à plusieurs titres…) avec le délégué général pour l’armement, Laurent Collet-Billon.