Payés pour faire grève : la complicité silencieuse du gouvernement

Faire grève est un acte symboliquement fort. Lorsqu’un salarié refuse de travailler pour revendiquer, il considère que la revendication est plus importante que le revenu qu’il tire de son activité. C’est pourquoi tout acte de grève doit être pris en considération.

Mais, lorsque les organisations syndicales à l’origine du mouvement de grève indemnisent les grévistes par le biais d’une caisse de solidarité, on dénature complètement la symbolique de l’arrêt de travail. Pour les mouvements de ce printemps 2016, la CGT va « redistribuer » un demi-million d’euros aux grévistes, sans transparence ni prélèvements sociaux.

En juillet 2012, François Cornut-Gentille avait posé une question écrite sur ces aides financières accordées par les confédérations syndicales à leurs adhérents grévistes. Considérant que ces aides viennent contrecarrer le principe de non-paiement des jours de grève, François Cornut-Gentille estime qu’elles doivent en conséquence être soumises à des prélèvements sociaux et fiscaux. Aussi, il avait interrogé le ministre du travail sur leur régime fiscal et social.

Quatre ans plus tard, on attend toujours la réponse…

Thématique(s) : Santé / Social / Famille. Mot(s)-Clef(s) : . Pas de commentaire »

Chrysalide Haute-Marne fête ses 20 ans

Cela fait donc deux décennies de bénévolat pour Michel HANON et ses amis. Beaucoup de souvenirs pour le président fondateur et tous les gens qui ont côtoyé cette association créée pour favoriser la solidarité entre les familles concernées par l’autisme dans le département.

Du lien entre les personnes mais aussi des fonds levés et même des négociations avec l’Etat et le conseil départemental pour par exemple aboutir à l’ouverture de 10 places dans le foyer de vie de Saint-Blin.

Au cours d’une cérémonie d’hommages et d’anniversaire, François Cornut-Gentille a tenu à souligner l’importance de cette action bénévole qu’il a côtoyée pratiquement depuis ses débuts.

Thématique(s) : Haute-Marne. Mot(s)-Clef(s) : , . Pas de commentaire »

Salle de consommation de drogues : la ministre de la justice esquive les questions pénales

Dans le cadre du plan gouvernemental de lutte contre la drogue et les conduites addictives 2013-2017 lancé par le gouvernement en septembre 2013, le gouvernement a donné son accord à la ville de Paris pour l’ouverture à titre expérimental d’une salle de consommation de drogues.

Les salles de consommation à moindre risque sont présentées par le gouvernement comme devant « contribuer à prévenir et limiter la propagation de maladies et la contamination entre usagers, et offrir un accompagnement aux personnes toxicomanes. »

Pour François Cornut-Gentille, ces salles créent cependant des situations juridiques complexes au regard du droit pénal : si un consommateur venait à décéder à la suite d’une overdose, la responsabilité des personnels affectés à la salle de consommation de drogues pourrait être engagée ; si un consommateur sortant d’une telle salle sous l’emprise de drogues venait à commettre un délit ou un crime sur des personnes, les gérants de la salle de consommation de drogues sont également susceptibles d’être poursuivis.

Face à ces situations clairement exposées, François Cornut-Gentille a posé deux questions écrites à Christiane Taubira, ministre de la justice, pour connaître sa réponse en droit. Il n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut entendre : les deux réponses, identiques, publiées cette semaine au journal officiel, esquivent le sujet. Étonnant non ?

Thématique(s) : Sécurité & justice. Mot(s)-Clef(s) : , , . Un commentaire »

Epargne salariale : le gouvernement joue la relance en taxant plus.

Ce matin, à Matignon, François Rebsamen, ministre  du travail, et Christian Eckert, secrétaire d’Etat au budget, ont présidé la réunion d’installation du Conseil d’orientation de la participation, de l’intéressement, de l’épargne salariale et de l’actionnariat salarié (COPIESAS) dont François Cornut-Gentille est membre.

Outre les parlementaires et ministres, cette réunion inaugurale rassemblait des représentants des syndicats de salariés et des organisations patronales ainsi que des personnalités qualifiées parmi lesquelles Jean-Pierre Balligand, ancien député PS de l’Aisne. Ce dernier mena une charge sévère contre la hausse des prélèvements sociaux sur l’épargne salariale décidée par le gouvernement, dénonçant ainsi la contradiction évidente avec le discours de relance des dispositifs de participation et d’intéressement. Lire la suite »

Thématique(s) : Vie économique / Emploi. Mot(s)-Clef(s) : , , , . Un commentaire »

Pâté parlementaire (vidéo)

Cette nuit, la majorité parlementaire avait manifestement la tête dans le pâté.

En raison d’un ordre du jour totalement anarchique, les députés débattaient encore au milieu de la nuit du projet de loi de réforme des retraites. Avant le terme de la séance, marquée par des débats techniques et particulièrement arides, le gouvernement , par le biais de Marisol Touraine, a souhaité faire adopter un article reportant de six mois de la revalorisation annuelle des retraites.

Le président de séance n’ayant pas précisé ce sur quoi portait le dernier scrutin public, les députés socialistes ont adopté l’amendement de suppression de l’article, pensant voter pour l’adoption de l’article. Bref , un joli pâté dû au refus du gouvernement d’organiser un débat digne de ce nom autour d’un sujet majeur.